Après le système du co-working, le concept du co-living apparait. Ce nouveau concept de colocation est expérimenté à Manhattan et il est même en passe de faire une petite révolution dans l’univers de l’immobilier.

À l’origine de l’idée du co-living

L’apparition du co-living à New York est née à la suite de la grande déferlante de la tempête Sandy du 31 octobre 2012 qui a mis hors service les réseaux d’électricité et les sous-sols de Manhattan. À la suite de ce sinistre, Adam Neumann et Miguel McKelvey, les fondateurs du coworking WeWork ont trouvé une opportunité de faire de bonnes affaires grâce à leur concept de co-living.

Le principe du co-living

Le principe du co-living est tout simple. À l’image du concept des bureaux partagés, le co-living permet d’épargner jusqu’à 36 % de son salaire en évitant de payer un loyer exorbitant. En parallèle, il faudra accepter de vivre dans une certaine promiscuité avec des colocataires qui ne sont ni, des amis, ni des collaborateurs, ni même des connaissances. Avec toutefois des avantages comme celui d’avoir la connexion internet en Wifi et de vivre en communauté dans une certaine convivialité. Un ensemble de services comme le ménage, les animations… est fourni avec le système de co-living.

Le « 110 » ouvert sur plusieurs étages de co-living

En 2017, le co-living à Manhattan est matérialisé par l’ouverture du « 110 », un immeuble dont les 6 premiers étages sont occupés par les espaces de co-working de WeWork, et les 21 autres dédiés au co-living. WeLive, c’est donc 205 appartements individuels équipés et fonctionnels spécialement aménagés pour les occupations professionnelles.

livre yann darwin

Je t'offre mon livre, durée limitée