La défiscalisation via la LMNP (Guide 2019)

La location meublée non professionnelle séduit chaque année davantage de propriétaires, notamment pour ses solutions de défiscalisation.

L’investissement immobilier offre de larges possibilités de gestion de son bien en tant que propriétaire. L’une d’elles consiste à devenir bailleur non professionnel afin de rentabiliser son achat. Pour autant, il est nécessaire d’adopter une vision globale des opportunités et contraintes que représente ce statut.

Quelle est la fiscalité qui s’applique en LMNP ? Vaut-il mieux être LMNP ou bien LMP ? Comment accéder au statut de LMNP ?

Voici un résumé complet des informations à connaître pour maîtriser tous les rouages du statut de LMNP.

 

La défiscalisation via le statut LMNP

Les conditions pour être LMNP

Avant de se poser la question de comment optimiser la défiscalisation de son bien immobilier en tant que loueur meublé non professionnel, encore faut-il pouvoir prétendre à ce statut.

Pour pouvoir bénéficier des exonérations qui s’appliquent à la Location meublée non professionnelle, au moins l’un des trois critères suivants devait ne pas être rempli jusqu’en 2019 :

  • Générer plus de 23000€ de revenu grâce à l’investissement locatif
  • Avoir des recettes provenant de la location supérieures au reste des revenus
  • Être inscrit au RCS en tant que Loueur professionnel

Autrement dit jusqu’en 2019, il suffisait de ne pas être inscrit en tant que Loueur professionnel au Registre du Commerce et des Sociétés pour être reconnu sous le statut LMNP.

Depuis mars 2019, ce troisième critère a été purement et simplement supprimé de la loi. Dès lors, le choix ne vous appartient plus vraiment : selon le montant de vos recettes, vous serez de facto LMNP, ou bien LMP si le seuil est dépassé.

Il est toutefois intéressant de prendre en compte que ce changement des textes de loi n’aura pas d’effet rétroactif. Tous les biens immobiliers que vous aurez pu acquérir avant la mise en application de ces modifications garderont le statut que vous aviez choisi auparavant.

Maintenant que ces quelques précisions ont été faites, venons-en au point central : qu’est-ce que le statut LMNP ou LMP change à votre fiscalité immobilière ? Quel est le meilleur choix à faire ?

Les avantages fiscaux de la location meublée non professionnelle

Deux options s’offrent à vous en tant que LMNP afin d’optimiser votre fiscalité immobilière. La première est celle du micro BIC, la seconde est le régime réel. Toutes deux présentent des avantages qui leur sont propres.

Le micro BIC

Le régime du micro BIC ou régime forfaitaire implique que seule la moitié des recettes engendrées par la location immobilière soit imposée. Cette méthode n’est applicable que si vos revenus immobiliers ne dépassent pas un plafond de 70 000€.

Le régime réel

Concernant le régime réel, ce dernier permet de soustraire plusieurs charges au montant des recettes soumises à l’imposition :

  • Frais de copropriété
  • Frais de syndic
  • Frais de gestion
  • Remboursement de l’emprunt
  • Taxes foncières

L’amortissement des meubles achetés pour faire de votre bien un meublé est également retiré du montant imposable. Ainsi, le total de vos recettes imposables peut descendre jusqu’à zéro. L’excédent de charges sera reporté sur l’année suivante.  De cette manière, il vous est possible en maîtrisant bien la structure de vos coûts de réduire la fiscalité de votre bien immobilier à zéro.

De plus en plus de propriétaires se lancent dans le statut LMNP. Les conditions pour y parvenir dépendent autant du bien immobilier dont il est question que des recettes qui en découlent, mais cette formule offre deux possibilités très intéressantes pour réduire votre fiscalité et accroître votre rentabilité locative annuelle.





  • Connexion