Fonctionnement des AMORTISSEMENTS par COMPOSANTES ?

Aujourd’hui, on va s’intéresser aux amortissements par composante. Qu’est-ce que c’est ? À quoi ça sert, pourquoi et comment fonctionnent les amortissements par composante ? Il faut savoir que dans certains types de montage comme les montages en SCI DS par exemple, en loueur meublé, au régime réel, tu vas avoir un système d’amortissement.

C’est le système d’amortissement qui fonctionne de la même façon que les investissements au sein d’une entreprise. Dans les montages en entreprise, tu vas avoir la même comptabilité que les sociétés ou les entreprises. Ça pourrait être une entreprise qui vend des photocopieuses ou une entreprise immobilière qui loue des biens. La comptabilité est commune, les normes comptables sont les mêmes. Parmi ces normes comptables, on a les fameux amortissements. 

D’où viennent les amortissements et quelle est l’histoire des amortissements ? 

Au début, le législateur a dit « ce qu’on va pouvoir faire dans une entreprise c’est que les biens de l’entreprise perdent de la valeur avec le temps ». Ils perdent tellement de valeur et ils s’usent tellement qu’au bout d’un moment, on doit les changer. Je prends l’exemple d’une entreprise qui n’a rien à voir avec l’immobilier, une entreprise qui ferait du porte-à-porte pour vendre des aspirateurs. Les commerciaux vont faire du porte-à-porte pour vendre des aspirateurs.

Cette entreprise achète des voitures pour ses commerciaux. L’entreprise achète des voitures et les met dans son stock. Elle les immobilise dans sa comptabilité et elle va les amortir. Tous les ans, l’entreprise va découper une partie de la valeur de la voiture. Admettons que la voiture coûte 20 000€. Tous les ans, l’entreprise va découper 2 000 euros par exemple pendant 10 ans sur la valeur de cette voiture. C’est-à-dire que tous les ans, on va faire perdre 2 000 euros de valeur à la voiture. La première année, elle vaut 20 000€.

La deuxième année, elle vaut 18 000€ et aussi de suite. C’est de façon comptable. C’est juste une norme comptable. Une fois qu’on découpe cette valeur, on a bien vu qu’on perdait 2 000€ par an. Ce qui veut dire qu’au bout de dix ans, 2 000€ x10 ans est égal à 20 000€, ce qui correspond à la valeur totale de la voiture. À ce moment, on considère que la voiture est amortie et on considère que la voiture doit être changée. Souvent, les amortissements sont calculés pour faire en sorte d’avoir une valeur globalement réelle d’une vraie usure. Ces amortissements sont tout simplement un avantage fiscal. 

On va prendre les fameux 2 000 euros dont je parle tous les mois et on va les soustraire. On va amortir. On va les enlever de notre résultat. Du coup, on ne va pas payer d’impôt sur la fraction de ces 2 000€. J’ai pris 2 000 euros, je les ai soustraits à mon résultat et j’ai un résultat qui est plus petit. Forcément, ma base imposable diminue et je ne paye pas d’impôts sur cette partie-là. Finalement, une entreprise va faire ça avec tout. Elle va faire ça avec ses voitures, avec ses photocopieuses et tous les éléments qu’elle va acheter et qu’elle va utiliser pour son activité. C’est la base des amortissements.  Finalement, si je conclus et synthétise tout ça, on dit qu’il va perdre de la valeur.

On dit qu’il va s’user et vu qu’il va falloir le changer, on va provisionner une somme tous les ans sur laquelle on ne va pas payer d’impôts. Cela va nous permettre d’avoir un avantage fiscal. À la fin, une fois que c’est totalement amorti, théoriquement, on change le bien en question. Dans notre exemple, on change la voiture. Cela s’applique aussi à l’immobilier dans certains montages, mais pas tous. Dans la plupart des montages en société et certains montages meublés, le bien s’use et on va l’amortir de la même façon qu’une voiture, sauf qu’un bien immobilier ne va pas perdre sa valeur jusqu’à valoir 0, contrairement à une voiture ou une photocopieuse. De façon immobilière, dans les amortissements, on utilise la même norme comptable, celle de remplacer la voiture parce qu’elle s’use. 

Pour l’immobilier, on va considérer qu’il s’use et on va considérer qu’on l’amortit pour ça. On ne va pas l’amortir en un seul bloc comme l’exemple de la voiture de 20 000€ où il suffit de la découper.On ne peut pas faire ça. On va faire les fameux amortissements par composante parce que dans un bien immobilier, le gros oeuvre s’use moins vite que les fenêtres, qui s’use à peu près pareil que l’électricité. L’immobilier s’use un peu moins vite que tout ce qui est second oeuvre comme la peinture et les finitions, etc. C’est ça les fameuses composantes. On va découper le bien immobilier en composante : gros œuvre, seconds oeuvre, huisseries, plomberie, électricité, etc.

on va leur appliquer des durées d’amortissement et des taux d’amortissement différents. Ce n’est pas nous qui allons faire ça, mais c’est le comptable ou l’expert-comptable. On va prendre ces morceaux d’amortissement et les impacter et sur notre résultat, ce qui va faire baisser notre résultat, ce qui va faire baisser notre bénéfice. Cela va faire baisser nos impôts à la fin. Il y a des subtilités suivant les montages, mais dans cet exemple, je veux vraiment que tu comprennes précisément ce que sont les amortissements et ce que sont les amortissements par composant.

Tout ça pourra faire baisser notre imposition et on profite d’un double avantage.  Suivant les montages, au moment de la revente, il y a une réintégration des amortissements qui est possible, notamment dans les montages en SCI, SARL, SAS. C’est-à-dire qu’au moment de la revente, on va reprendre cette valeur d’amortissement et on va la réintégrer dans la plus-value, calculée sur cette base-là. Dans d’autres montages, notamment les montages en LMNP, on ne réintègre pas les amortissements. On les utilise et au moment de la revente, on ne réintègre pas les amortissements donc c’est aussi un super avantage tout simplement. Tout ça, c’est le tour d’horizon de comment fonctionnent les amortissements d’une part et les amortissements par composante d’autre part.   

Connexion