La pompe à chaleur : un système thermique économique et écologique 

Installation thermodynamique captant l’énergie présente dans l’environnement extérieur pour la restituer à l’intérieur du logement, la pompe à chaleur séduit de plus en plus de Français.

Selon une enquête Qualit’ENR publiée en 2019, la pompe à chaleur représentait la source d’énergie renouvelable à laquelle les Français faisaient le plus confiance. Dans le même temps, tout juste un Français sur dix était équipé d’un de ces systèmes. Les aides pour leur acquisition s’étant multipliées en 2020, il est clair que la pompe à chaleur a encore de beaux jours devant elle…  

Voici un résumé complet des informations dont vous avez besoin pour tout comprendre de la pompe à chaleur, et des bénéfices économiques et environnementaux qu’elle peut vous apporter.

 

Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

Une pompe à chaleur est un appareil thermodynamique permettant d’extraire l’énergie thermique (ou « calories ») naturellement présente dans l’eau, l’air ou la terre, afin de la transférer à l’intérieur d’un logement. Cette transformation, produite grâce à un fluide frigorigène, peut ainsi chauffer une habitation durant l’hiver – par l’intermédiaire d’un plancher chauffant, d’un ventilo-convecteur ou encore d’un radiateur -, mais aussi la climatiser durant l’été, suivant le type de pompe installée. 

Les pompes à chaleur représentent ainsi des alternatives aux systèmes de chauffage classiques, tels que les chaudières à gaz ou les poêles à bois. Alternatives d’autant plus intéressantes qu’elles permettent de générer en moyenne jusqu’à 4 fois plus d’énergie de chauffage qu’un système usuel, et ce pour la même quantité d’énergie dépensée. 

De plus, les pompes à chaleur s’avèrent bien plus écologiques que les installations traditionnelles, étant donné qu’elles réduisent grandement les émissions de CO2. 

 


 

Découvrez l’Académie des Investisseurs Rentables, le programme immobilier le plus complet d’Internet ! 

 


 

 

Quels sont les différents types de pompe à chaleur ?

Au sein de l’offre variée du marché français, trois grands types de pompes peuvent être distingués.

Les pompes à chaleur aérothermiques

  • La pompe à chaleur air-air. Cette pompe extrait l’énergie de l’air extérieur et la restitue dans le logement via des consoles fixées aux murs ou posées au sol. Elle permet à la fois de chauffer et de climatiser, mais nécessite la présence d’un système de chauffage secondaire, comme par exemple des radiateurs électriques.
  • La pompe à chaleur air-eau. Cette pompe fonctionne sur le même principe que la pompe air-air, mais utilise l’eau pour diffuser la chaleur dans le logement, notamment via des radiateurs basse température ou un plancher chauffant. De fait, ce type de pompe à chaleur peut tout à fait être installé dans le cadre d’une relève de chaudière, et fournir l’eau chaude sanitaire de l’habitation.

 

Les pompes à chaleur géothermiques.

Ce système très performant permet de puiser l’énergie thermique directement produite par la Terre, par l’intermédiaire de capteurs enfouis dans le sol. Il peut se décliner sous une forme horizontale ou verticale, et nécessite des travaux de forage et de terrassement réalisés par des professionnels. De fait, il est généralement plus avantageux de le mettre en place dès la construction du logement, ou au cours d’importants travaux de rénovation.

 


 

Découvrez notre Formation RLT et apprenez dès maintenant à générer des revenus complémentaires grâce à la Bourse !

 


 

 

Pompe à chaleur : quel coût et quelles aides ?

Coût et installation

L’installation d’une pompe à chaleur classique de type air-eau dépend du système de chauffage déjà présent dans le bien immobilier. S’il s’agit d’un système fonctionnant d’ores et déjà à l’eau, alors les travaux à effectuer sont minimes. S’il s’agit d’un système de radiateurs électriques, alors l’ensemble de ces derniers devra être changé.

Le prix d’une pompe à chaleur classique se situe généralement entre 7 000 et 15 000 €. Un investissement d’envergure, mais qui peut s’avérer tout à fait rentable sur le long terme. De plus, les nombreuses aides accessibles aujourd’hui permettent de faire largement baisser le coût de l’opération, parfois jusqu’à seulement 1 500 € !

 

Les aides

En 2020, de nombreuses aides existent pour permettre aux particuliers de changer leur système de chauffage classique pour une pompe à chaleur air-eau (les pompes air-air ne sont pas concernées, étant trop énergivores) :

  • la prime à la conversion des chaudières, une prime de 3 300 à 5 300 € octroyée en cas de remplacement d’une chaudière à gaz, au fioul ou au charbon par une pompe à chaleur ; 
  • l’éco prêt à taux zéro, un prêt sans intérêt permettant de financer jusqu’à 10 000 € de travaux ;
  • le Crédit d’impôt transition énergétique (CITE), une prime de crédit d’impôt de près de 2 000 € pour les ménages aux revenus modestes ;
  • la Prime Renov’, une aide de 8 000 à 10 000 € offerte sous conditions par l’Agence nationale de l’habitat (ANH) aux ménages ayant des revenus modestes. 

 

À lire également : Le frugalisme, ou comment partir à la retraite avant ses 40 ans.

 

Pompe à chaleur : avantages et inconvénients

Les pompes à chaleur présentent de nombreux avantages, notamment :

  • la faible consommation énergétique, une pompe à chaleur générant de 3 à 4 kWh de chaleur pour 1 kWh d’électricité, elle permet de faire d’importantes économies sur la facture énergétique ;
  • la dimension écologique, une pompe à chaleur utilisant l’énergie renouvelable naturellement présente dans l’environnement, elle permet de réduire grandement les émissions de CO2 dans l’atmosphère ;
  • l’aisance d’utilisation, une pompe à chaleur constituant un système unique répondant à la fois aux besoins de chauffage et de climatisation, il maintient de plus une température égale dans tout le logement.

 

Cependant, les pompes à chaleur ont tout de même quelques inconvénients, notamment :

  • les performances inégales en fonction de la température extérieure, notamment pendant la saison froide où les températures très faibles font diminuer la puissance de la pompe ;
  • le bruit relativement élevé émis par l’installation extérieure.
Connexion