Vendre un bien immobilier de particulier à particulier, un procédé prenant mais réalisable

Vente d’un bien immobilier sans l’intervention d’une agence, la vente de particulier à particulier nécessite une bonne dose d’énergie !

Selon une étude notariale, près de 31% des Français se passent de professionnels de l’immobilier pour vendre leurs biens. Les frais d’agence constituent généralement la principale raison de ce phénomène, et la récente complexification des formalités relatives à la vente entre particuliers ne semble pas diminuer cette tendance. Bien que nécessitant de la rigueur et une certaine disponibilité, la vente immobilière sans agence est en effet parfaitement réalisable…  

Voici un résumé complet des informations dont vous avez besoin pour vendre votre bien immobilier par vous-même dans les meilleures conditions.

 

Fixer le prix de vente juste

Cette première étape est primordiale dans la réussite de la vente. En effet, un prix fixé trop au-dessus de la valeur réelle du bien immobilier risque de n’attirer aucun acheteur potentiel, tandis qu’un prix fixé trop en dessous risque de provoquer la suspicion des éventuels acquéreurs.

Une estimation correcte de la valeur du bien immobilier permet donc de le vendre plus rapidement. Pour y parvenir, le vendeur doit prendre en compte certains critères, notamment:

  • le prix du marché dans la zone où se situe le bien, pour une surface équivalente (qui peut être déterminé en consultant les annonces immobilières) ;
  • la localisation précise du bien immobilier (quartier recherché, proximité des transports, bruits alentour…)
  • l’état spécifique du bien immobilier (ancien, neuf, nécessitant des travaux de rénovation…).

 


 

Découvrez l’Académie des Investisseurs Rentables, le programme immobilier le plus complet d’Internet ! 

 


 

 

Rédiger une annonce attrayante

L’annonce

De nos jours, il est relativement aisé de poster une annonce immobilière en ligne sur des sites gratuits. Celle-ci a pour objectif de présenter fidèlement le bien immobilier en listant toutes ses caractéristiques, mais aussi de le mettre en valeur afin d’attirer le plus d’acheteurs possible. Il est par ailleurs important de soigner l’orthographe et la syntaxe de l’annonce.

Ainsi, une bonne annonce immobilière décrit :

  • la localisation du bien immobilier ;
  • le type de bien (maison, appartement, neuf, ancien…) ;
  • la superficie et le nombre de pièces ;
  • les points forts (piscine, garage, parking, cave, grenier, proximité des commerces, des transports…) ;
  • le prix du bien.

À noter : afin de mettre toutes les chances de son côté, le vendeur peut également publier son annonce dans les journaux, afficher un panneau devant son logement – lorsque cela est possible – ou encore utiliser le bouche-à-oreille auprès de son entourage ! 

 

Les photographies

Les photos sont particulièrement utiles pour se démarquer au milieu des nombreuses annonces immobilières en ligne. Elles doivent donc être soignées et mettre le logement en valeur, afin d’attirer l’attention des futurs acheteurs. Généralement, une annonce immobilière compte entre 5 et 10 photographies du bien.

Pour des photos attrayantes, il convient de :

  • ranger, nettoyer le bien et adopter une décoration minimaliste afin de favoriser la projection des acquéreurs potentiels ;
  • prendre des photos au format paysage, bien droites, et bien cadrées entre sol et plafond ;
  • prendre des photos en plein jour et à la lumière naturelle ;
  • placer les photos les plus valorisantes en premières positions.

Bon à savoir : il est généralement très apprécié qu’un plan ou un croquis du logement soit fourni avec les photos au sein de l’annonce. 

 


 

Envie d’en savoir plus sur l’immobilier locatif ? Découvrez la  “La Méthode des Investisseurs Rentables” de Yann Darwin, plus de 100 pages de contenu immobilier à forte valeur ajoutée !

 


 

 

Faire visiter le bien immobilier 

La phase de visite doit être préparée avec soin pour maximiser les chances de conclure la vente. Le logement doit être rangé et nettoyé. Les décorations trop chargées et trop personnelles sont à éviter, le but étant de permettre aux visiteurs de s’imaginer vivre dans le logement au quotidien. En outre, si de petits travaux de réparation s’avèrent nécessaires, mieux vaut les effectuer avant les visites, afin de valoriser le bien et de limiter toute baisse de prix.

Durant les visites, il convient de répondre en toute transparence aux questions des acquéreurs potentiels, tout en mettant en avant les points forts du logement.

 

Fournir les documents obligatoires

Il est important d’être en mesure de fournir aux visiteurs toutes les informations relatives au bien immobilier. Ainsi, toutes les questions des potentiels acheteurs trouvant leurs réponses, l’impression positive et la confiance sont renforcées.

Le vendeur doit donc pouvoir présenter à l’acheteur l’ensemble des documents dont il dispose sur le bien.

 

Si le bien est un appartement en copropriété 

Les pièces à fournir sont notamment :

  • le titre de propriété du vendeur ainsi que son dernier avis d’imposition ;
  • les documents relatifs à la situation du vendeur ;
  • le dossier des diagnostics techniques (diagnostics loi Carrez, risques sanitaires et naturels, performance énergétique…) ;
  • le règlement de copropriété ;
  • le carnet d’entretien ;
  • le pré-état daté

 

Si le bien est une maison hors copropriété

Les pièces à fournir sont notamment :

  • le titre de propriété du vendeur ainsi que son dernier avis d’imposition ;
  • les documents relatifs à la situation du vendeur ;
  • le dossier des diagnostics techniques ;
  • le relevé des charges ;
  • les informations relatives au système d’assainissement

 

Gérer la phase de négociation du prix

Lorsqu’un acheteur est intéressé, il est fréquent qu’il tente de négocier le prix du bien immobilier avec le vendeur. Ce dernier peut alors proposer de lui faire une offre d’achat par écrit ; non seulement le fait d’écrire son offre implique davantage l’acheteur dans son choix, mais cela permet également au vendeur de vérifier si le prix proposé est raisonnable ou non. 

Pour ce faire, le vendeur peut comparer l’offre d’achat au prix du marché, en fonction des spécificités de son bien immobilier. Si l’offre lui semble déraisonnable, il peut alors faire une contre-offre en proposant un nouveau prix, tout en justifiant sa décision. 

 

Signer le compromis de vente

Une fois les deux parties tombées d’accord sur un prix de vente, le compromis de vente peut être rédigé et signé. Il représente l’engagement ferme et définitif du vendeur et de l’acheteur en attendant la signature de l’acte de vente définitif chez le notaire.

Le compromis de vente contient obligatoirement les mentions suivantes :

  • les identités du vendeur et de l’acheteur ;
  • la description du bien immobilier (localisation, caractéristiques…) ;
  • le prix du bien immobilier ;
  • la date prévue pour la vente effective ;
  • les signatures des deux parties.
Connexion