Depuis le 1er janvier 2018, l’Impôt de Solidarité sur la Fortune n’existe plus. Une toute nouvelle taxe est née. L’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI).

 

Les biens immobiliers dans le viseur

 

 

L’IFI, c’est la toute nouvelle taxe qui est prélevée sur les patrimoines immobiliers supérieurs à 1,3 millions d’euros. Il ne s’agit plus de prélever des taxes sur toute personne fortunée. Cette fois-ci ce sont les biens immobiliers qui sont particulièrement visés. Les maisons. Les appartements. Les monuments historiques.

Les bâtiments en constructions. Les terrains agricoles. Les biens immobiliers détenus par le biais de titres de sociétés. Les terrains agricoles. Par le biais de l’IFI, l’Etat central souhaite donc exonérer les placements financiers et les valeurs mobilières. Ce sont les richesses immobilières qui sont visées. L’objectif étant de pousser les citoyens à investir dans l’économie nationale.

 

Le barème de l’IFI est semblable à celui de l’ISF. C’est-à-dire, une variation de 0 à 1,5 %. Ainsi les patrimoines en deçà de 800.000 euros ne seront pas taxés. Ceux variant entre 800.000 et 1.300.00 euros sont taxés à 0,5%. Vous êtes entre 1.000.000 et 2.570.000 euros, votre taxe est à 0,7 %. Entre 2.570.000 et 5.000.000 la taxe est à 1%. De 5.000.000 à 10.000.000 l’imposition est de 1,25%. Au-delà de ce montant votre taxe est à 1,5 %.

 

Gens qui rient, gens qui pleurenttaux emprunt

 

Il est évident que cette mesure avantagera une catégorie de personnes. Notamment celles qui ont décidé d’investir leurs avoirs dans l’immobilier. Concrètement, plus un patrimoine est conséquent, plus grande sera l’exonération. En revanche, les personnes ayant une majorité de biens à caractère immobilier continueront de payer. En particulier si le seuil d’assujettissement est dépassé. Il y a malgré tout une bonne nouvelle. Leurs impôts ne risquent pas de connaître une hausse, ce qui est plutôt intéressant.

 

livre yann darwin

Je t'offre mon livre, durée limitée