Le Cardano, une innovation radicale

Reprenant le principe de l’Ethereum, la blockchain Cardano offre des fonctionnalités nouvelles et concurrentielles qu’il est intéressant de connaître.

Nouveau langage de programmation, nouveau protocole, nouvelle structure décentralisée : la blockchain de Cardano se veut innovante sur tous les plans afin de concurrencer les géants du secteur. Cette cryptomonnaie aussi connue sous le nom d’Ethereum japonais s’attache à perfectionner les procédures de son concurrent, autant sur le plan des transactions que pour la création d’applications.

Qu’est-ce que le Cardano ? Faut-il investir dans le Cardano ? Quelle est la valeur du Cardano ? Quelle est l’histoire du Cardano ? Où se procurer le Cardano ? Peut-on miner le Cardano ? Quels sont les avantages et inconvénients du Cardano ? 

Voici un résumé complet des informations à connaître sur le Cardano pour investir efficacement dans ce token.

Qu’est-ce que le Cardano ?

Les caractéristiques du Cardano

Souvent qualifié d’Ethereum japonais, le Cardano est une cryptomonnaie fondée sur un protocole décentralisé. Celui-ci a pour but la création de smart contracts (contrats intelligents) et d’applications libres.

Placés au 10e rang du marché cryptomonétaire en termes de capitalisation, ce sont presque 26 milliards de tokens ADA (abréviation de la devise du Cardano) qui sont à ce jour en circulation. D’une valeur de 0,05 euro, la valeur numéraire totale du Cardano est estimée début 2020 à 1,42 milliard d’euros.

Cardano est un protocole reposant sur une blockchain décentralisée, celle-ci permet notamment la création de smart contracts (contrats intelligents) et d’applications libres, d’où sa proximité avec le concept de l’Ethereum.

Ce système se fonde sur une conception novatrice de la cryptomonnaie pour répondre aussi bien aux exigences des utilisateurs (notamment dans le respect de leur vie privée) qu’à celles des organismes de réglementation. 

Pour ce faire, l’algorithme de validation des blocs est la preuve d’enjeu déléguée (Delegated Proof of stake, DPoS en anglais, que l’on retrouve par exemple chez EOS). Ces blocs constituent eux-mêmes une blockchain dite “par couches”.

Ce consensus, du nom d’Ouroboros, permet une économie d’énergie non négligeable ainsi qu’une meilleure scalabilité à long terme. Les perspectives de développement du Cardano – via son langage Haskell – semblent donc rassurantes pour l’investisseur.

Les objectifs du Cardano

Pour se maintenir au sommet de la proposition d’applications et de smart contracts, le protocole Ouroboros est un enjeu capital. La blockchain de Cardano fonctionne ainsi sur deux niveaux distincts :

  1. Cardano Settlement Layer (CSL) : ce premier niveau gère les opérations de transactions utilisant les tokens ADA
  2. Cardano Computation Layer (CCL) : le second niveau traite l’exécution des applications de la blockchain, ainsi que le développement du protocole Ouroboros

Dans ce système, la régulation de l’inflation et l’efficacité du traitement des transactions sont deux variables primordiales. Cardano souhaite optimiser ces deux points prioritaires sur une période de 10 ans.

L’histoire du Cardano

Si la blockchain de Cardano fut mise en ligne le 23 septembre 2017, le lancement initial du projet remonte en réalité à 2015. Toutefois, c’est bien l’ICO (Initial Coin Offering) qui a permis la véritable émergence du Cardano, avec 62 millions de dollars levés pour ce projet.

À l’origine du projet se trouve entre autres Charles Hoskinson, également co-fondateur d’Ethereum. L’abréviation ADA de la cryptomonnaie provient du nom d’Ada Lovelace, pionnière dans le monde de l’informatique.

Malgré un fort effet d’annonce, à l’instar de l’IOTA, le Cardano a subi de plein fouet les conséquences du crash de 2018 avec un maximum drawdown de 98% par rapport à son plus haut historique…

Cinq stades jalonnent le développement du Cardano, que ce dernier nomme plus précisément des “ères” :

  • Le premier s’appelle Byron
  • Le second s’appelle Shelley
  • Le troisième s’appelle Goguen
  • Le quatrième s’appelle Basho
  • Le dernier s’appelle Voltaire

Chacune de ces ères représente une nouvelle étape majeure dans l’évolution de la blockchain Cardano. Au début 2020, le projet demeure à l’étape Byron, l’ère Shelley étant actuellement en phase de test. Cette seconde phase a pour objectif de proposer à tout détenteur d’ADA de participer s’il le souhaite au processus de validation des transactions. Dans l’univers des cryptomonnaies, cette responsabilité prise par l’utilisateur est synonyme de gains supplémentaires.

 


 

Envie d’augmenter et de diversifier vos revenus en investissant dans les crypto-monnaies ? Découvrez notre Formation Crypto Pro dès aujourd’hui !

 


 

 

Comment trader le Cardano ?

Quelles plateformes utiliser

Des plateformes d’échange classiques permettent d’acquérir l’ADA. Citons notamment Binance et Bitbay. En complément de ces plateformes d’achat, divers portefeuilles vous permettront de manipuler cette cryptomonnaie :

 

  • Portefeuilles matériels (sous forme de clé USB) :

 

    • Ledger Nano S
    • Ledger Nano X
    • Trezor Model T

 

  • Portefeuilles de bureau :

 

 

  • Portefeuilles en ligne :

 

    • eToro
    • Binance
    • ADA Lite

Selon que vous privilégiez plutôt la sécurisation de vos données ou bien la facilité d’accès à vos tokens, le choix du portefeuille ne sera pas le même. Si un portefeuille matériel (hardwallet) est plus sécurisé, un portefeuille en ligne (webwallet) vous offrira davantage de flexibilité.

Acheter et vendre

Au lancement de la plateforme et grâce à l’ICO, ce sont 45 milliards de jetons ADA qui ont pu être diffusés dans un premier temps, mais seuls 26 milliards sont encore disponibles sur le marché des cryptomonnaies début 2020.

S’il demeure aisé de télécharger une copie intégrale de la blockchain de Cardano en possédant le logiciel adéquat, il est toutefois impossible de créer un nouveau bloc. Cette fonctionnalité est aujourd’hui encore réservée à 7 “slot leaders”. Ces derniers se réservent le droit de créer de nouveaux blocs, mais aussi de valider les transactions en cours.

Diverses sources d’information désignent 3 entités, qui seraient à elles seules propriétaires des 7 noeuds en question :

  • La Cardano Foundation
  • Emurgo (appartenant à la Cardano Foundation)
  • IOHK (société privée détenue par Charles Hoskinson)

On comprend donc mieux l’aspect centralisé du système Cardano, malgré cette volonté évidente de proposer une blockchain décentralisée.

Faut-il investir dans le Cardano ?

Les avantages du Cardano

Le Cardano possède plusieurs points forts :

  • Il s’agit du premier projet de cryptomonnaie mis au monde par une équipe de chercheurs
  • Charles Hoskinson, initiateur du projet, bénéficie d’une bonne réputation dans l’univers des cryptomonnaies
  • Les procédures de KYC (Know Your Customer, “Connaître Son Client”) sont en accord avec les attentes du régulateur
  • L’architecture et les stacks technologiques du Cardano sont très sophistiqués
  • Le langage Haskell et les procédures de développement offrent une sécurité sans faille à la monnaie

Les inconvénients du Cardano

Néanmoins, trois points faibles viennent nuancer l’attractivité de cette cryptomonnaie :

  • La communication sur les avancées de la roadmap (plan de route) demeure très timide
  • Le produit est encore surévalué
  • Le système de cette cryptomonnaie reste complexe à maîtriser et à intégrer

La blockchain Cardano propose de nombreuses innovations technologiques mises au service de l’utilisateur, des organismes de réglementation et de la fluidité des transactions. Malgré cela, Cardano a déjà subi certains coups durs par le passé. À ce jour, il demeure risqué d’investir dans cette cryptomonnaie dont le plan de route est pourtant bien structuré. Il pourrait donc s’avérer judicieux pour l’investisseur précautionneux de se renseigner en amont sur les autres monnaies digitales du marché.

Connexion