Le token, actif numérique des utilisateurs de cryptomonnaies

Instrument utilisé dans le cadre des cryptomonnaies pour effectuer des transactions entre utilisateurs d’une blockchain, le token facilite également la levée de fonds pour les entreprises.

Dans l’univers des cryptomonnaies, de nombreux termes techniques posent problème aux néophytes, et il arrive encore à des utilisateurs formés de faire des abus de langage concernant certaines technologies. En effet, un même terme peut désigner des technologies aux spécificités bien distinctes. Les « tokens » peuvent désigner à la fois une cryptomonnaie en tant que telle, mais également divers actifs numériques créés au sein d’une blockchain, avec des finalités particulières.

Qu’est-ce qu’un token ? Quels sont les différents types de tokens ? Comment les tokens sont-ils utilisés dans le cadre des levées de fonds ? Où en est la législation sur les tokens depuis leur création ? 

Qu’est-ce qu’un token ?

Les tokens existent depuis la création de la toute première cryptomonnaie, le Bitcoin, en 2008. Par définition, un token (ou « jeton » en Français) est un actif numérique pouvant être émis et échangé en ligne sur une blockchain, sans nécessité de duplication ou de présence d’un intermédiaire. 

Ainsi, contrairement à une monnaie classique, l’émetteur du token n’a pas besoin de conserver un original de ce dernier ni d’obtenir la validation d’un tiers (banque, État…) pour effectuer son transfert.

Un token peut tout aussi bien représenter un droit, une valeur ou encore un pouvoir au sein d’un réseau. En effet, n’importe quel utilisateur peut créer un token, et lui conférer une application personnalisée : moyen de paiement, droit d’usage, droit d’auteur… Cette personnalisation s’effectue au moment de la création du token, via un smart contract.

En conséquence, c’est grâce aux tokens que les différents utilisateurs d’une blockchain interagissent entre eux.

Un token possède toutes les caractéristiques d’une cryptomonnaie, telles que la vitesse d’échange (qui s’effectue en temps réel et en quelques minutes tout au plus), la sécurité et la conservation de toutes les transactions au sein d’une blockchain faisant office de registre inaltérable.

Les tokens sont particulièrement utilisés dans le cadre des levées de fonds en cryptomonnaies, appelées ICO (Initial Coin Offerings).

 


 

Envie d’augmenter et de diversifier vos revenus en investissant dans les crypto-monnaies ? Découvrez notre Formation Crypto Pro dès aujourd’hui !

 


 

 

Les différents types de tokens

Les tokens utilitaires

Les utility tokens, ou « jetons utilitaires » en Français, permettent à leur acquéreur d’accéder à un produit ou à un service. Ils ne sont pas considérés légalement comme des actifs, mais il est tout de même possible de spéculer sur ce type de tokens. En effet, leur valeur varie en fonction de celle, estimée, des produits et services auxquels ils donnent accès.

Les tokens-valeurs

Les security tokens, ou « jetons-valeurs » en Français, permettent aux internautes d’investir dans un projet de blockchain, notamment dans le cadre des ICOs. Ils sont très souvent comparés à des actifs financiers tels que les actions. Or, il s’agit là d’un contresens total, car ces tokens d’investissement ne partagent en réalité aucune des caractéristiques de ces titres. 

En effet, détenir ces tokens n’offre aucune garantie aux investisseurs quant à la réalisation des objectifs de l’entreprise ni aucun poids dans les décisions stratégiques de cette dernière. En outre, de tels jetons n’ont généralement aucune valeur tant que les objectifs de l’entreprise n’ont pas été réalisés.

Les tokens-titres

Les equity tokens, ou « jetons-titres » en Français, représentent le type de token réellement comparable aux titres financiers d’une entreprise. Encore à l’état de concept de nos jours, ces tokens devraient incarner la future forme logique des anciens titres utilisés à l’origine des places boursières. Ainsi, les tokens-titres sont des parts d’une entreprise qui ont été transposées au sein d’une blockchain. Ces parts sont par conséquent accessibles à tous les utilisateurs du réseau, en échange de leur valeur en cryptomonnaie.

L’utilisation des tokens dans le cadre des ICOs

Les ICOs sont des opérations de levées de fonds initiées par des entreprises ou des fondations à but non lucratif, via l’utilisation de blockchains. Ces entreprises émettent et vendent en grande quantité des tokens à tout investisseur en ligne intéressé par l’acquisition de ces derniers. C’est ainsi qu’elles financent le développement de leur projet. Ces tokens sont toujours achetés par les investisseurs via une cryptomonnaie, comme le Bitcoin ou l’Ether.

De leur côté, les internautes/investisseurs peuvent recevoir diverses contreparties en fonction des modalités prévues, telles qu’une forme de propriété sur le projet (forme d’action), un service rendu par l’entreprise émettrice des tokens, ou encore une part sur les dividendes générés par cette dernière.

Les ICOs représentent donc une forme d’alternative aux campagnes de financement classiques via des banques, Business Angels ou Venture Capital. Une des premières et des plus célèbres ICOs fut celle initiée par Ethereum en 2014, afin de financer le développement de leur blockchain : les fondateurs du projet récoltèrent l’équivalent de près de 18 millions de dollars !

Les ICOs gagnent largement en popularité depuis quelques années, étant des alternatives décentralisées, mondialisées et sécurisées au financement classique, permettant parfois d’obtenir des sommes gigantesques en seulement quelques heures.  

La législation autour des tokens

Depuis la création des tokens à la fin des années 2000, l’absence totale de cadre législatif a attiré de nombreux investisseurs, mais a également représenté un frein à l’essor de ces actifs numériques. En effet, le marché des monnaies privées est virtuel, mondialisé, non-régulé et présente des variations de cours colossales, et donc des risques financiers très importants. En outre, les tokens attirent particulièrement les hackers et autres acteurs malveillants.

Toutefois, les différentes autorités financières mondiales se sont penchées sur les tokens durant les dernières années. La SEC (Security and Exchange Comission) a ainsi inclus les equity tokens dans la législation en vigueur concernant les actions. En France, la loi PACTE adoptée le 11 avril 2019 est la première à encadrer les levées de fonds faisant appel aux jetons numériques.

Les tokens sont donc des actifs numériques émis et échangés en temps réel au sein d’une blockchain. Principales monnaies d’échange entre les utilisateurs de ces registres de données décentralisés, leur utilisation a été élargie et ils permettent aujourd’hui d’investir dans des entreprises, des fondations, ou encore de spéculer sur les marchés financiers.

Connexion