Ce n’est pas comme on l’avait supposé pour l’année 2018. On pensait que cette année serait moins favorable pour le secteur immobilier, mais il n’en est rien. Au contraire, d’après le bilan annuel du réseau Century 21, l’année 2018 constitue une année record dans l’immobilier ancien, après une année 2017 également notable.

 

Les rapports de Century 21, présenté ce lundi 7 janvier 2019, indique une hausse de 3,9% sur une année, ce qui représente une quatrième hausse consécutive pour atteindre près d’un million de transactions.

A part tout ça, on constate un rajeunissement du profil des acquéreurs. Le fait d’acheteurs de moins de 40 ans qui investissent majoritairement dans leur habitation principale atteint près d’une transaction sur deux, soit un taux de 46%.

Les deux tiers des transactions, soit 68,9%, concordent avec l’achat d’une résidence principale, alors que le marché des résidences secondaires a connu une régression de 5,9%, avec juste 6,4% de l’ensemble des ventes.

Aussi, une nette progression des investissements locatifs à été soulignée dans le rapport, avec +25%, comptant dorénavant pour plus d’un achat sur cinq.

Selon les auteurs du même rapport : “A l’heure où les placements financiers rapportent peu et dans un contexte d’incertitude économique, la pierre apparaît comme la valeur refuge par excellence”

Par rapport à l’année précédente, un nouveau record de 213 705 euros, ce qui représente une hausse de 5000 euros sur le montant moyen d’une transaction, a été réalisé.

Certes, l’année 2018 a été faste, toutefois, plusieurs indicateurs ont été relevés par Century 21. Ces indicateurs devraient stabiliser les choses, surtout lorsque le Président de Century 21 France, Laurent Vimont affirme que « le marché semble atteindre un plafond de verre ».

Le prix moyen au mètre carré

Sur toute la France en moyenne, les prix tendent à atteindre les records de 2011, avec seulement 1 à 2% d’écart. Entre 2017 et 2018, le prix moyen au mètre carré a effectivement connu une augmentation de 1,7% pour accéder à 2595 euros, contre 2665 euros en 2011.

Les délais de vente nationaux

Par contre, les délais de vente nationaux n’ont pas connu de baisse en 2018. Ils sont restés stables pour des niveaux relativement haut, avec 91 jours, bien qu’ils soient encore loin derrière les chiffres de 2004 où ceux-ci étaient en moyenne de 64 jours. Mais, toujours selon les dires du Century 21, l’intervalle entre le prix du mandat et la promesse de vente a connu une légère majoration.

 

Des crédits pleinement exploités

Pour un achat immobilier, la part de l’emprunt augmente également de +1,6% sur un an pour représenter 78,4% du montant de l’acquisition et +0,9% pour se situer en moyenne à 20,5 ans. D’après la constatation de la Century 21 : « En utilisant le crédit à plein régime, les Français ne s’y trompent pas. »

 

Des surfaces réduites

Depuis 2011 et pour la première fois, le recul de la surface moyenne d’une acquisition a été constaté. En un an, elle perd 0,5 mètres carrés pour se fixer en moyenne à 85,7 mètres carrés. Cela induit que pour devenir propriétaire, il faut un consentement et un sacrifice d’un peu de superficie, de la part des ménages.

 

Pour finir, les piliers du dynamisme se sont tous imposés durant ces dernières années. Que ce soit le cocktail taux bas, l’allongement de la durée d’emprunt ou la baisse de l’apport personnel, tous ont permis de disposer d’un meilleur pouvoir d’achat, du jamais vu !

 

Laurent Vimont partage son analyse ce mardi sur BFM Business : « On a atteint une limite, c’est peut-être le haut du marché». Le Président du réseau Century 21 ce qu’il n’y a plus de réserve pour que le marché évolue.

Il hausse le ton en déclarant : « Je ne suis pas alarmiste pour autant. » D’après ses points de vue, ce sont les taux d’intérêts constituent l’inconnue, alors tant qu’ils resteront bas, la réalisation de volume ne cessera pas.

Il faut donc retenir que les grandes disparités régionales font partie du rapport mis en exergue par Century 21 :

  • La hausse des prix est encore spectaculaire à Paris, en 2018. On parle d’un montant de 461 118 euros pour un prix moyen d’une transaction, si le mètre carré moyen est à 9452 euros. Ces chiffres représentent 400 euros de plus, par rapport à 2017 et 1400 euros de plus, par rapport aux trois dernières années.
  • Le prix moyen progresse également de + 3,4% en île de France en 2018 pour 3303 euros.
  • En Province, seules trois régions se sont vu baisser leur prix moyen au mètre carré. Ce sont entre autres la Bretagne (-0,5%), Centre Val-de-Loire (-1,5%) et les Hauts-de-France (-1,9%).

Par ailleurs, des progressions de prix moyen au mètre carré, entre +3,6% et +7,5%, ont été enregistrées dans l’Auvergne‐Rhône‐Alpes, le Grand‐Est, La Nouvelle‐Aquitaine, l’Occitanie et Provence‐Alpes‐Côte‐d’Azur

livre yann darwin

Je t'offre mon livre, durée limitée