7 minutes pour apprendre à bien gérer son patrimoine

Constitué de vos biens mobiliers et immobiliers, votre patrimoine correspond à l’ensemble de vos avoirs. Quelques règles de bonne gestion permettent de le préserver et de le faire prospérer.

Sauf cas particulier, vous possédez forcément des biens. Les biens sont un élément essentiel de votre quotidien, car sans eux, il serait difficile de satisfaire à la plupart de nos besoins. Pour ne pas perdre la propriété de ces biens et éviter les difficultés financières, vous devez apprendre à gérer votre patrimoine avec sérieux.

Que renferme la notion de patrimoine ? Comment préserver son patrimoine dans le temps ? Quelles sont les règles à suivre et les techniques à appliquer pour le faire prospérer ?

Voici un résumé complet des informations à connaître pour bien gérer votre patrimoine, quel que soit votre âge et quelle que soit votre situation financière.

Qu’est-ce que le patrimoine ?

Le patrimoine désigne l’ensemble des possessions et engagements d’une personne physique (comme vous et moi) ou d’une personne morale (société).

Le patrimoine d’un individu ou d’une famille se subdivise ainsi en deux grands ensembles : 

  • L’actif correspondant à l’ensemble des biens matériels et immatériels. Il comprend tous les biens que vous possédez. On y distingue les biens meubles (valeurs mobilières) des immeubles (valeurs immobilières), ainsi que les biens corporels (tangibles tels qu’une voiture) et les biens incorporels (intangibles tels que les droits de propriété intellectuelle).
  • Le passif correspondant quant à lui à l’ensemble des engagements contractés. Il comprend toutes sortes de dettes allant des prêts à la consommation, aux prêts immobiliers, en passant par les dettes fiscales.

Comment gérer son patrimoine ?

Avoir des objectifs

Pour réussir à bien gérer le patrimoine qui est le vôtre, il est indispensable que vous vous fixiez non seulement des objectifs, mais aussi que vous fassiez en sorte de les atteindre. Prenez soin de définir vos objectifs avec attention en faisant en sorte qu’ils soient “SMART” (Spécifiques, Mesurables, Acceptables, Réalistes, et Temporellement mesurables).

Votre capital de départ

Pour faire grandir votre patrimoine, vous devez avant tout faire le point sur votre capital de départ (ou chercher à vous en constituer un si vous n’avez pas reçu d’héritage). En effet, faute de ressources financières suffisantes, vous ne parviendrez pas à épargner suffisamment pour faire prospérer votre patrimoine.

Percevoir des revenus réguliers

Percevoir des revenus réguliers et suffisants n’est pas chose facile. Si une fraction de vos revenus peut provenir de votre travail (salaire), l’essentiel provient en général d’investissements immobiliers (immobilier locatif par exemple) ou mobiliers (investissements boursiers par exemple). N’oubliez pas que l’investissement n’est jamais dénué de risques, une bonne diversification sera donc nécessaire pour optimiser votre couple rendement/risque.

 Préparer l’avenir

La gestion du patrimoine s’effectue dans le temps long. En fonction de votre âge et de votre situation familiale, vos contraintes et opportunités ne seront pas les mêmes.

Financer la scolarité de vos enfants. Les études supérieures coûtent cher, mais elles restent une bonne façon de développer le patrimoine personnel de vos enfants. Le développement personnel et la formation restent en effet le meilleur investissement d’avenir et la meilleure valeur refuge en temps de crise. Vous devrez néanmoins penser à anticiper l’impact des frais de scolarité sur votre trésorerie et votre capacité d’endettement.

Assurer sa famille en cas d’imprévus. Anticiper le pire n’est jamais agréable, mais cela reste pourtant nécessaire. Les assurances sont un bon moyen de préserver le futur de votre famille, mais également celui de votre patrimoine. Une assurance décès peut ainsi permettre de couvrir les besoins de votre conjoint ou de votre famille en cas de disparition. Contrairement à l’épargne léguée amenée à diminuer au fil du temps, l’assurance décès constituera une manne financière plus importante.

Préparer sa succession. Désigner vos héritiers et répartir la propriété de vos biens avant votre départ permet d’éviter bien des difficultés. Le testament est un document (le plus souvent déposé entre les mains d’un notaire) organisant la répartition de vos biens pour vos héritiers. C’est lorsque vous n’avez pas eu la possibilité de faire un testament que la loi s’en occupe. Il existe donc deux types de succession : la succession sans testament, organisée par la loi, encore appelée succession ab intestat, et la succession testamentaire. 

Comment transmettre son patrimoine à ses enfants

Dans le cas d’une succession sans testament (succession ab intestat), la loi s’occupe de partager vos biens entre les héritiers légitimes. En présence d’un conjoint et d’enfants, les enfants priment. Ils héritent en effet des trois premiers quarts de la succession pendant que votre conjoint hérite du quart restant.

Dans le cas d’une succession testamentaire, la répartition des biens suit le testament rédigé. Il est nécessaire de le transmettre à un notaire qui se chargera de contacter votre famille lors de l’ouverture de la succession afin de les informer du partage que vous avez prévu.

Il est également possible de désigner un héritier universel, qui héritera de tous les biens (dans le cas où vous n’avez pas d’héritiers légitimes). Mais il faut noter que votre répartition des biens doit se faire tout en respectant les règles énoncées par la loi. Vous ne pouvez donc pas léguer tout votre patrimoine à votre oncle par exemple au détriment des enfants que vous avez. La loi se chargerait de corriger cette répartition.

Faire des investissements

Les investissements sont nécessaires pour augmenter vos sources de revenus et financer l’expansion de votre patrimoine.

Investir dans les valeurs mobilières. Les actions boursières sont un des investissements mobiliers les plus populaires en raison de leur grande liquidité (grâce aux cotations boursières en continu, il est en effet possible d’acheter et de vendre des titres tout au long de la semaine en quelques secondes). Vous pourrez ici percevoir des revenus liés au versement de dividendes, mais également en cas d’appréciation du prix des actions.

Investir dans les valeurs immobilières. L’immobilier est l’un des domaines les plus porteurs. Se loger reste en effet un besoin essentiel. Un premier locataire constitue déjà une source de revenus. Grâce à ses loyers, vous pourrez rembourser un éventuel prêt immobilier utilisé lors de l’achat avant de renouveler l’opération avec davantage de biens, davantage de locataires, et donc davantage de revenus passifs.

Optimiser sa fiscalité

La fiscalité n’est bien évidemment pas le seul élément à prendre en compte pour décider de vos prochains investissements, elle n’en demeure pas moins un facteur essentiel. La rentabilité de vos investissements n’est pas leur rentabilité brute avant impôts, mais bel et bien leur rentabilité nette après impôts. Pensez à optimiser la fiscalité de votre patrimoine et de vos revenus.

Adapter son rythme de vie 

Vos dépenses de consommation doivent être inférieures à vos revenus afin de soigner votre capacité d’épargne et d’éviter à tout prix les crédits à la consommation. Pour faire face aux imprévus, mieux vaut d’ailleurs prendre le soin de constituer une épargne de précaution, immédiatement disponible et capable de subvenir à vos besoins quelques mois.

Les risques d’une mauvaise gestion

En cas de mauvaise gestion de votre patrimoine, les risques financiers, légaux et sociaux sont importants. De la simple insécurité financière à la banqueroute, aucune de ces expériences n’est agréable à vivre. Pour éviter de vous retrouver en situation délicate, veillez donc à prendre les devants en prenant soin dès aujourd’hui de votre patrimoine.


  • Lancez-vous dans
    l’immobilier locatif



    7H DE FORMATION
    OFFERTES 

  • Connexion