Vendre son bien sans agence

Avez-vous un immeuble que vous estimez qu’il est temps de vendre ? Ou alors avez-vous tout simplement envie de déménager, tout en vendant votre ancienne demeure ? Cette procédure, il faut l’avouer, est assez complexe.

Il est donc nécessaire, pour bien réussir la vente, que vous passiez par certaines étapes cruciales afin de vous assurer que votre bien soit vite vendu, et ce, à un prix convenable. Ces étapes sont toutes aussi importantes que de trouver un acheteur potentiel.

Ainsi, vous devez les suivre à la lettre, pour éviter toute erreur. C’est d’autant plus le cas, si vous ne voulez pas confier la vente à une agence immobilière. Effectuer une vente sans agence encore plus de prudence, car l’initiative peut rapidement se solder par un échec. Comment pouvez-vous vous y prendre, afin de vendre correctement votre immeuble, en l’absence d’une agence immobilière ? Découvrez tout ce qu’il vous faut savoir ici !

Etablir le prix

Avant toute chose, pour que vous puissiez vendre l’immeuble, il va falloir déterminer à combien vous désirez le vendre. Autrement dit, fixer le prix est l’étape préliminaire à la vente. En réalité, la vente suppose l’achat. Ces deux transactions n’étant pas gratuites, ont certainement un coût, que l’on appelle le prix.

Pour que vous puissiez fixer un prix assez convenable pour l’acheteur potentiel, il va falloir vous baser sur plusieurs éléments. Cependant, il faut avant tout noter que si vous voulez déterminer le prix de votre immeuble, il ne doit pas être trop élevé.

Bien entendu, un prix trop élevé ferait automatiquement fuir les potentiels acquéreurs. Cela est d’autant plus vrai, si ces derniers remarquent un bien similaire à un prix tout à fait acceptable. Néanmoins, ce n’est pas une raison suffisante pour sous-évaluer votre bien.

Ainsi, autant le prix doit être assez bas, autant il ne doit pas être trop élevé. Pour fixer le prix, il est donc important de vous renseigner sur les différents prix accessibles sur le marché de l’immobilier. Vous devez donc effectuer des recherches sur certains éléments. En l’occurrence, vous pouvez demander le prix du m² dans la région où vous vous situez.

De plus, le prix varie également en fonction des éléments contenus dans l’immeuble. Autrement dit, si votre immeuble dispose d’un jardin ou d’une terrasse, vous n’allez certainement pas le vendre au même prix qu’un immeuble normal.

Rédiger l’annonce de vente

Cette étape est à envisager et intervient juste après que vous ayez déterminé le prix, car vous ne pourrez pas avoir la possibilité de vendre votre immeuble, sans les potentiels acheteurs que vous devez  attirer avec une offre alléchante.

L’offre de vente doit donc répondre à certains critères. Il faut en effet, qu’elle soit précise et concise. En d’autres termes, il faut qu’elle soit la plus claire possible. Il est également important qu’elle réponde de façon immédiate aux questions que les acquéreurs sont susceptibles de se poser.

Il faut aussi souligner que votre annonce doit être exempte de fautes d’orthographes et de syntaxe. Il faut aussi éviter d’être trop vague ou peu explicite. En d’autres termes, il vaudrait mieux éviter de créer la confusion dans l’esprit des futurs acquéreurs.

De plus, quelle que soit l’annonce que vous effectuez, il est également crucial pour vous d’y énoncer la surface qu’occupe votre propriété, les étages qu’elle comprend, mais aussi, l’emplacement où elle est située. Généralement, l’emplacement constitue un indicateur du désir du futur acquéreur, de s’intéresser à votre immeuble, surtout s’il est bien situé.

Vous ne devez pas non plus hésiter à rentrer dans les détails, en présentant votre immeuble. Vous pouvez dire par exemple que votre immeuble possède une cave, ou encore un garage dans lequel il  est possible de garer un véhicule. En définitive, tous ces indicateurs sont susceptibles d’attirer plus d’acquéreurs, et de vous permettre ainsi de vite vendre votre propriété.

 

Faire du home-staging

Vous avez sans doute déjà entendu parler de cette pratique. S’il n’en est rien, sachez que le home-staging est une technique qui consiste à faire un peu d’aménagement dans votre immeuble, et d’en faire des photos, afin que les acquéreurs puissent avoir une brève idée de l’immeuble que vous mettez en vente. Pour ce faire, vous devez passer par 4 étapes :

  • Faire du rangement : pour faire du home-staging, c’est une étape indispensable. En effet, vous ne pouvez pas faire des photos de votre logement, sans avoir, au préalable, débarrassé les lieux de certaines affaires qui traînent, ou des vêtements qui se trouvent à des endroits où ils ne devraient pas être.
  • Contrôler les lumières : comme vous le savez sans doute, pour faire de belles photos, il est important de gérer correctement les lumières. Une photo trop sombre, ne saurait vous attirer des clients. Il en est de même pour une photo trop claire. Il faut donc que la luminosité soit parfaite, afin que la photo soit nette et claire.
  • Prendre un beau cadre : le cadre ou l’environnement dans lequel vous prenez vos photos doit être aussi irréprochable. En effet, il ne serait pas très conseillé de prendre des photos de votre appartement, avec des enfants qui y jouent en arrière-plan, ou avec votre conjoint. Les photos doivent être neutres, sans effets personnels dans les alentours.
  • Assembler les photos : cela va sans dire. En effet, une seule photo ne saurait suffire pour donner aux futurs acquéreurs une idée précise du cadre qu’ils s’apprêtent à acheter. Il vous faut donc joindre à l’annonce quelques photos. Bien entendu, de même ces photos ne doivent pas être peu nombreuses, il ne faut pas non plus qu’elles soient en surnombre. Vous devez donc vous limiter à un nombre entre 5 et 10 photos.

 

 

Avoir de la méthode dans la gestion des contacts

Comme vous pouvez vous en douter, après avoir fait l’annonce, les demandes vont affluer à votre niveau. Vous passerez d’un téléphone qui ne sonne que rarement, à un téléphone qui sonne en permanence. Ceci pour dire que vous recevrez une quantité impressionnante d’appels qu’il va falloir gérer convenablement.

Vous avez donc l’obligation d’être très réactif, au risque de perdre une offre qui aurait pu s’avérer être la bonne. Donnez donc des informations cruciales, et donner le plus rapidement possible, des réponses claires aux futurs acquéreurs. Vous devez faire de même pour les mails que vous recevrez.

 

Produire les pièces importantes

La vente, en matière immobilière, est bien plus complexe qu’en matière mobilière. Il ne suffit pas en effet, de payer le prix, et de se faire livrer la chose. Il faut donc rappeler que la vente immobilière est soumise à la fourniture de certains dossiers indispensables. Ces dossiers ont rapport aux diagnostics et à la situation de copropriété.

Les diagnostics

Il est tout à fait normal qu’avant de vendre un immeuble, certains diagnostics soient effectués, afin qu’ils déterminent l’état du logement. En effet, les acquéreurs doivent recevoir la garantie que l’immeuble qui leur est vendu ne présente aucun défaut.

La performance énergétique et les soucis sanitaires font, entre autres, partie des diagnostics à effectuer. Vous devez également veiller à corriger les fissures qui peuvent se présenter sur les murs de votre immeuble. En définitive, le but des diagnostics est de permettre aux futurs acquéreurs, de s’assurer que le bien immeuble qu’ils décident d’acheter est en bon état, et qu’aucun souci n’interviendra sur le long terme.

Le cas de la copropriété

Si l’immeuble que vous souhaitez mettre en vente fait l’objet de copropriété, il faut craindre que le nombre de documents à fournir soit important. En réalité, il faut, entre autres, fournir le certificat de copropriété et un acte prouvant la gestion du bien en copropriété. La situation financière de la copropriété est également un document qui doit être remis à l’acheteur, afin que celui-ci ait une idée de la gestion des affaires en cette matière.

 

Gérer les visites intelligemment

Bien entendu, un potentiel acquéreur n’achètera jamais un immeuble sans l’avoir vu au préalable, de ses propres yeux. Dans ces conditions, il est indispensable que vous receviez de la visite. Vous devez donc préparer la visite, afin que l’acquéreur soit séduit par votre logement, et décide de vous faire un prix.

Pour ce faire, il va falloir faire comme dans une situation de home-staging. Autrement dit, vous ne devez pas laisser paraître des effets personnels. Il ne serait pas non plus adéquat, de laisser la décoration chargée. Vous devriez donc l’épurer avant l’arrivée de votre visiteur.

Des questions vous seront également posées lors de la visite. Il important d’y répondre convenablement.

 

Négocier et signer le compromis

Une fois que l’acquéreur a visité votre logement, il vous proposera un prix s’il est intéressé. En général, ce prix sera inférieur à celui que vous avez fixé. Il vous reviendra donc, soit de négocier le prix avec l’acquéreur, soit d’accepter le prix qu’il vous propose, pour passer à l’étape du compromis de vente.

Le compromis de vente est l’étape par laquelle le vendeur et l’acheteur se mettent d’accord sur les termes du contrat de vente en lui-même, afin qu’elle se déroule le plus facilement possible. Le compromis de vente doit être signé  par le vendeur par l’acheteur, et ce, en présence d’un notaire.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

livre yann darwin

Je t'offre mon livre, durée limitée